Vous êtes ici

Madame Haoua DIA THIAM

Je vous remercie, Monsieur le Président.
Monsieur le Président,
Monsieur le Ministre d'Etat,
Madame la Ministre,
Chers Collègues,
Mesdames, Messieurs,

Je crois qu'aujourd'hui, on ne répétera pas assez que nous sommes à un moment historique , un moment très important, en tout cas pour les jeunes de ma génération, s'en est un, parce que lors de celui qui nous a précédé ici,  au  niveau  de cette  assemblée,  c'est-à-dire le  vote  de  mise  en accusation qu'il y a eu une fois au Sénégal nous étions peut-être jeunes mais cette fois-ci nous allons nous en souvenir. Et aussi je crois que nous qui avons eu à travailler pour que l'alternance  survienne  dans  ce pays, nous avons une grande responsabilité, je crois que il y a en qui l'ont  dit avant moi, ce n’est pas agréable que cela se passe de notre côté, de la même manière nous le déplorons aussi. C'est ce qui m'amène à dire qu'aujourd'hui nous  avons  cette  lourde  responsabilité,  parce  que  nous sommes des décideurs , nous avons travaillé à cela, en tout cas cela à été le combat de ma vie et je crois que, notre combat qui a été guidé , par des principes de justice sociale , d'équité, de transparence  veut que la lumière puisse être faite de la manière la plus juste. Et pour toujours conforter un peu dans le fait qu’aujourd’hui cette Assemblée est interpellée parce qu'il y a eu des choses qui se sont déroulées, il y a une mise en accusation que l'on nous propose ici, je crois qu'il ne s'agit pas d'être d'un camp ou de l'autre. Moi qui vous parle en tout  cas je n'en ai pas, je suis du camp de la vérité, je suis du camp de la justice, le mis en cause est un homme d'Etat, ce n'est pas n'importe qui, c'est quelqu'un avec qui j'ai eu a travailler, j'ai du respect pour ce qu'il faisait, c'est quelqu'un qui a peut-être sa voie comme

j'ai la mienne, comme beaucoup d'entre nous aussi ont la leur. Donc cela dit, je crois qu'aujourd'hui l'essentiel c'est que l'on puisse voir où les choses posent problème, il y a eu l'affaire des chantiers de Thiès, les Sénégalais ont besoin de clarté et cette clarté va partir de nous, car c'est nous députés qui sommes les représentants de la population. Nos mandants sont à notre écoute  depuis  ce  matin.  Donc    qu'est-ce-que  nous  devons  faire  pour pouvoir permettre cela ou ne pas le permettre ? Je laisse ici tout un chacun prendre sa responsabilité dans ce sens. Donc la faute de gestion si faute il y a, parce que on est à un moment où il faut dire, il y a cela ou il n'y a pas cela. On n'est pas un à moment où  il faut parler d'inculpation ou pas, donc c'est pour cela je suis très nuancée par rapport à ce que je dis. Donc les clarifications  demandées par les Sénégalais  doivent être données.

Et Monsieur le Ministre d'Etat,  je suis de ceux qui pensent  que quels  que soient les mis en  cause  ils devraient  être entendus  et cela  est important pour la démocratie  au Sénégal, pour la justice au Sénégal, pour l'Etat de droit qu'est le Sénégal. Moi je me suis toujours battue contre l'impunité et je crois  que  ce  n'est  pas  aujourd'hui,  au  moment  où  nous  sommes aux affaires que  nous  allons  constater  l'impunité.   Donc  quel  que  soit  le Sénégalais   ou la Sénégalaise  qui sera  concerné  par  ce problème,  il ne suffit  pas que cela se limite  à quelqu'un, il y a eu d'autres propositions  qui ont été faites aujourd'hui Monsieur le Ministre, je crois que plus que jamais ce  combat   je  continuerai   à  le  mener   et  je  le  mène   pour  le  peuple sénégalais, pour que la victoire puisse triompher.

Je vous remercie.

Informations de publication

Publié le : lun, 09/17/2018 - 10:07
Mise à jour le : lun, 09/17/2018 - 10:07
Auteur : © copyright, République du Sénégal/dri.gouv.sn