Vous êtes ici

MONSIEUR MAMADOU LAMINE THIAM

Merci, Monsieur le Président.
Monsieur le Président,
Monsieur le Ministre d'Etat, Garde des Sceaux,
Madame le Ministre,
Chers Collègues,

Notre participation au débat de ce matin obéit à un double devoir, devoir de député et de citoyen sénégalais  tout court. Le Sénégal sous l'alternance  a inscrit sa dynamique  dans la transparence et la bonne gouvernance, ce qui me vaut d'avoir ratifier beaucoup  de textes au plan international et la mise en place au plan interne de beaucoup d'organismes  qui nous permettent de gérer la corruption  et la bonne gouvernance. C'est pourquoi contrairement à  certains   qui  l'ont   dit  ce  matin,  je  dis  que  ce  débat   nous  honore aujourd'hui.  Ce débat  honore l'assemblée,  ce débat  honore  le Sénégal et tous les sénégalais partout où ils se trouvent, parce qu'ils comprennent aujourd'hui  que l'ère  ouverte  par les  audits  pour  une  bonne  gestion  des finances  publiques  est  une  ère  qui continue  inexorablement, mais  avec comme crédeau que nul n'est au-dessus- de la loi.

Si aujourd'hui la nécessité de tirer au clair la gestion des affaires publiques se pose et au sein du parti au pouvoir, cela aussi nous  honore,  nous  du PDS.  Nous  qui,  tout  le  temps,  avons  fait  notre  longue   marche  dans l'opposition, nous avons toujours clamé et réclamé la transparence dans la gestion  des  affaires  publiques.  Si  aujourd'hui  nous  sommes  arrivés  au pouvoir  après  avoir déclenché  une période  d'audits  par rapport  à d'autres responsables du  pays  et  que  devant  des  frères  de notre  parti  qui sont accusés par rapport à des questions  de gestion, nous prenons  la décision de déclencher  une procédure  de clarification,  je pense  que cela doit nous honorer.  Cela  honore  aussi les engagements  constitutionnels du Chef de l'Etat, c'est  pourquoi  nous  disons  que l'Assemblée  nationale  doit honorer par un vote positif la mise en accusation,  ce qui permettrait  de déclencher la procédure judiciaire.

Tout  le monde  l'a  si bien dit depuis  ce matin,  nous  ne sommes  pas  les juges mais nous devons déclencher la procédure, nous devons permettre à la juridiction compétente  pour juger des faits qui sont reprochés  à de hauts dignitaires de l'Etat, de déclencher la procédure. Le travail sera fait par les procureurs  de la République,  ce seront ces juges qui devront déclencher  la procédure  d'instruction, qui     devront  à   leur tour  appeler  tous les responsables  qui doivent  être impliqués  dans ce travail,  c'est  pourquoi je dis à, ceux-là qui s'empressent de dire nous n'avons pas vu le dossier, que nous en avons donné, nous avons même reporté  la séance  plénière  pour permettre  à certains  députés  d'en connaître, mais là n'est  pas l'essentiel, l'essentiel   c'est  la  mise  en  accusation  pour  permettre   à  la  procédure judiciaire d'être déclenchée  pour que la vérité éclate, donc je voterai cette résolution et j'appelle mes collègues à en faire autant.
Je vous remercie, Monsieur le Président.

Informations de publication

Publié le : lun, 09/10/2018 - 11:17
Mise à jour le : lun, 09/10/2018 - 11:17
Auteur : © copyright, République du Sénégal/dri.gouv.sn